Le Gothique

Giotto - La mort du Christ - détail
Lorenzo Monaco - Couronnement de la Vierge - détail
Matteo di Pacino - Apparition de la Vierge - détail
Simone Martini - Annonciation - détail
Paolo Veneziano - Naissance de Saint Nicolas - détail

Le mouvement gothique commence à s’étendre en Europe durant la première moitié du XIIeme siècle. Les dimensions colossales de l’architecture religieuse s’épanouissent sur tout le monde chrétien dans un style commun appelé gothique international.

La sculpture et la peinture, systématiquement porteuses d’un message eschatologique, évoquent en permanence la présence de la mort imminente (au moyen âge l’espérance de vie était d’une trentaine d’années environ). L’image a avant tout pour vocation d’éduquer le fidèle, qui ne sait alors ni lire ni écrire, en lui transmettant un ensemble de règles civiques et morales qui maintiennent l’équilibre social dans une société où le pouvoir est souvent du côté du plus fort.

UN LANGAGE AU SERVICE DE LA RELIGION
Les sujets traités sont tirés de la Bible et des évangiles. Les supports sont les livres enluminés, les retables des églises et les vitraux des édifices religieux. Les couleurs sont vives et fortement contrastées, souvent sur fond doré abstrait, cela créant un effet impressionnant chez le spectateur pour qui la couleur est quasiment absente du quotidien. Pour les habitants des villes, la vie au moyen âge se déroule dans un environnement brun, marron, gris... Les seules touches de bleu, de jaune ou de rouges qu’il pourrait croiser se trouvent dans les vêtements réservés aux nobles et à l’intérieur des églises.

La narration évoquée dans l’image doit être simple et accessible à tous. Le fidèle habitué à la symbolique des motifs utilisés à l’époque, reconnaît aisément l’objet du tableau. La mise en page se prête même quelquefois à la disposition en cases dans lesquelles le personnage principal est représenté à divers moments importants de son existence. L’unité de lieu et de temps n’apparaîtra dans les tableaux qu’avec la renaissance et l’invention de la perspective linéaire.
Le réalisme dans le traité des personnages n'est pas le souci du peintre gothique. La ressemblance à un individu particulier est considérée par l'Eglise comme un signe d'orgueil et de vanité, ce qui explique qu'aucun portrait avant celui de Jean II le bon vers 1360 n'est été retrouvé. Les symboles utilisés suffisent souvent à identifier les figures auxquelles sont attachés les sujets : la croix ou les stigmates pour le Christ, l’auréole pour les saints, les clefs pour Saint-Pierre, etc... Leur taille dépend de leur importance sociale ou spirituelle. Le Christ, la vierge ou le saint qui font généralement le sujet principal de l’oeuvre sont représentés plus grands que les autres personnages de second ordre.
L'absence d'éclairage ne permet pas au volume d'exister, les personnages semblent plats et mal intégrés à l'arrière-plan. Néanmoins le style gothique apporte une attention particulière au détail décoratif et offre une image au langage doux et agréable à contempler.

LA REVOLUTION GIOTTO
Avec le XIVeme siècle apparaissent les premières recherches sur la profondeur mais l’illusion perspective reste fausse. La découverte des règles mathématiques nécessaires à sa construction rigoureuse sera à l’origine du grand bouleversement artistique encore à venir mais qui s'annonce déjà dans la nouveauté stylistique du peintre Giotto : il humanise les personnages en leur donnant un visage expressif. L'utilisation d'ombres dégradées lui permet d'apporter un certain volume qui rend ses figures plus réalistes et plus présentes.

En Italie, le courant laisse place au style renaissance dès le premier quart du XVème siècle alors que le gothique continu son expression jusqu’en 1500 environ en France et dans les pays du nord de l’europe où la peinture se tourne en douceur vers un style résolument nouveau tout en conservant certains aspects du mouvement finissant.

Les peintres

les plus célèbres du courant

Cimabue
Daddi (Bernardo)
Duccio
Fabriano (Gentile da)
Fra Angelico
Gaddi(Taddeo)
Gaddi (Agnolo)
Giotto
Giottino

Lorenzetti (Ambrogrio)
Lorenzetti (Pietro)
Martini (Simone)
Memmi (Lippo)
Monaco (Lorenzo)
Pisano (Nino)
Simone (Puccio di)
Veneziano (Paolo)

Les tableaux

les plus célèbres du courant

Visitez la galerie

Le contexte politique

France
Philippe IV le bel 1285 - 1314
Louis X 1314 - 1316
Philippe V 1316 - 1322
Charles IV le bel 1322 - 1328
Philippe VI 1328 - 1350
Jean II le bon 1350 - 1364
Charles V 1364 - 1380
Charles VI 1380 - 1422

Début de la guerre de 100 ans en 1336.

Les Papes s'installent à Avignon à partir de 1309, ce qui conduit au Grand Schisme en 1418.

Musique

Le moyen-âge voit l'apparition de la musique vocale  polyphonique avec le chant grégorien, le motet et le chant courtois.
Les instruments les plus courants sont la vièle, la cornumuse, les flûte, la harpe, la lyre et le psaltérion.

Littérature

La littérature médiévale est marquée par la chanson de geste et la poésie lyrique.

Les auteurs les plus célèbres : Chrétiens de Troyes (Roman de la Rose, Lancelot, Perceval), Rutebeuf, Dante, Christine de Pisan.

Œuvres anonymes : Tristan et Iseult, Romans de la Table Ronde, Chanson de Roland, Roman de Renart…

Galerie : Le Gothique

Quitter la galerie

Anonyme
Mise au tombeau
fin du XIIIe siècle

Duccio
Vierge à l'enfant
1285

Anonyme
Vie de Sainte Madeleine
vers 1285

Giotto
Christ mort
1305

Giotto
Vierge à l'enfant
1310

Simone Martini
Annonciation
1333

Paolo Veneziano
Naissance de Saint Nicolas
1346

Matteo di Pacino
Apparition de la Vierge
1360

Anonyme
Portrait de Jean II le bon
vers 1360

Giovanni del Biondo
Saint Jean-Baptiste
1365

Lorenzo Monaco
Couronnement de la Vierge
1413