Le néoclassicisme

Gerard - Madame Récamier - détail
Kauffmann - Jeune bacchante - détail
Ingres - Grande Odalisque - détail
Batoni - Hercule sur le chemin du vice et de la vertu - détail

Image d’un nouveau pouvoir, le néoclassicisme réagit aux extravagances du rococo par un retour au modèle antique et au beau idéal. Fantaisies et imagination sont abolies au profit de la sévérité, de la vertu et du patriotisme.

Dès la moitié du XVIIIe siècle, la tendance au retour au style vrai se fait sentir. Les premiers critiques d’art s’élèvent face au rococo qui n’hésite pas à mélanger les canons classiques afin de représenter ce que les philosophes considèrent comme « perversions du coeur et de l’esprit ». En France, l’esprit festif du siècle de Louis XV entraîne pour certains une nostalgie du grand siècle de Louis XIV.

Partout en Europe l’ascension sociale de la bourgeoisie et du pouvoir économique qu’elle met en place favorise le goût pour un style dans lequel la rêverie et les sentiments poétiques n’ont plus leur place. La réflexion artistique et les discussions philosophiques appartiennent à un monde trop éloigné d’un quotidien fait de travail, d’effort et de spéculation.
Pour les bourgeois, faire réaliser son portrait n’a d’autre objectif que de s’affirmer socialement à l’égal d’une noblesse qu’ils exècrent. Ils s’y veulent débarrassés de sentiments humains liés à la passion, empreints d’un pouvoir qu’ils se sont forgés à la force de leur labeur : vertu, force morale, domination des émotions.
A cela s’ajoute un fort sentiment patriotique qui s’affirme en Angleterre, en France et en Allemagne. L’image doit proposer un message direct facilement compréhensible, sans artifices. Si la nature est copiée, elle est fortement idéalisée afin de servir la cause qu’elle a choisie de servir.

L’art antique est réinterprété avec les yeux des lumières : la recherche de l’esprit de liberté et d’un modèle du vrai. La sculpture grecque est l’idéal esthétique à imiter.

Jacques-Louis David est le plus représentatif du néoclassicisme de la fin du XVIIIe siècle. Ses études académiques à Paris et à Rome lui donnent ce style rigoureux et intransigeant qui influence les artistes de son époque. Son langage n’a qu’un objectif : émouvoir la moralité publique à travers des messages ventant la noblesse d’âme, le stoïcisme et le patriotisme.

Le vocabulaire néoclassique se doit d’être compréhensible et à la portée de tout le monde. Pour cela, la mise en page privilégie l’économie de moyens, sans artifices.
Le premier plan suffit souvent à la lecture du message énoncé : l’imbrication de l'historia, au sens albertien du terme, dans les différents plans en profondeur et les imperceptibles transitions, comme le faisaient les grands génies de la renaissance ou du baroque, n’ont plus leur place dans cet esprit sévère qui préfère la morale à la spiritualité et qui du coup, suppriment tout rapport entre espace et valeur narrative.

Après David et les années de terreur post révolutionnaires, c’est son élève Jean-Auguste-Dominique Ingres qui donnera le ton à la tradition néoclassique en rendant la composition plus subtile tout en affirmant la supériorité du dessin sur la couleur. En cela, il exprime un langage totalement opposé à celui de Delacroix et des peintres romantiques.

La tradition classique évoluera pendant la première moitié du XIXe siècle sous le nom d’académisme, également appelé art pompier. Cependant la recherche inexorable d’un modèle vrai ne peut plus correspondre à une société qui va passer en quelques années aux temps modernes.
L’imitation du modèle antique a déjà exploré toutes les possibilités qui étaient les siennes au cours des 4 siècles précédents. L’académisme ne proposera plus rien d’autre que quelques soubresauts d’un style mourant, incapable d’émotion.
L’image va désormais laisser la place à un langage nouveau, ou plutôt à une multitude de langages nouveaux qui vont désormais tenir compte de l’imagination, de la science, de l’inconscient et des sentiments jusque-là absents de la peinture : la peur et l’angoisse, dont le romantisme a déjà commencé à en faire sa matière.

Les peintres

les plus célèbres du courant

FRANCE
Jacques-Louis David
Jean Auguste Dominique Ingres
Jean-Baptiste Regnault
Anne-Louis Girodet
Antoine Jean Gros
Jean-Baptiste Greuze
François Gérard
Pierre Paul Prud'hon
Joseph-Marie Vien

ANGLETERRE
Benjamin West
John Songleton Copley
Joseph Wright of Derby
Gavin Hamilton

ALLEMAGNE
Anton Raphaël Mengs

SUISSE
Angelica Kauffmann

ITALIE
Pompeo Batoni
Andrea Appiani

Les tableaux

les plus célèbres du courant

Visitez la galerie

Le contexte politique

France
Louis XVI 1774 - 1791
Révolution française 1789

Première république 1792 - 1804
1er empire 1804 - 1815

Restauration
Louis XVIII 1815 - 1824
Charles X 1824 - 1830
Louis Philippe 1830 - 1848

Musique

Mozart
Albinoni
Haydn
Boccherini
Beethoven

Littérature

La philosophie des lumières est reprise et adaptée aux idées patriotiques républicaines.

La littérature deviendra ensuite romantique.

Galerie : Le néoclassicisme

Quitter la galerie

Pompeo Batoni
Autoportrait
1773

Benjamin West
Portrait du colonel Guy Johnson
1755

Joseph Marie Vien
La marchande d'amours
1763

Pompeo Batoni
Hercule à la croisée des chemins entre le Vice et la Vertu

Jacques-Louis David
Le serment des Horaces
1784

Jacques-Louis David
Marat assassiné
1793

Jacques-Louis David
L'enlèvement des Sabines
1799

Jacques-Louis David
Bonaparte franchissant les Alpes
1801

Jacques Louis David
Portrait du comte Antoine François de Nantes

Jacques Louis David
Sacre de Napoléon
1807

Jean-Baptiste Regnault
La Liberté ou la Mort
1795

Antoine Gros
Portrait de Christine Boyer
1801

Pierre Narcisse Guérin
Le retour de Marcus Sextus
1799

Angelica Kauffmann
Portrait d'un jeune Bacchante
1801

François Gérard
Portrait de madame Récamier
1802

Jean Auguste Dominique Ingres
Portrait de Mme Senonnes
1814

Jean Auguste Dominique Ingres
La grande Odalisque
1814