Le futurisme

Balla - Vol d'une hirondelle - détail
Boccioni - Tête de femme - détail
Boccioni - Les adieux, Etats d'âme - détail
Russolo - Dynamisme d'une automobile - détail

Le futurisme, né en Italie en 1909, se caractérise par une recherche de l’expression picturale du mouvement. S’inscrivant dans le prolongement du cubisme, on y voit parfois une certaine géométrisation des formes qui s’y apparente. Le mouvement est principalement fondé sur la fascination des machines, de la vitesse, et sur la décomposition du mouvement et sa représentation.

Le futurisme, créé suite à l'édition du Manifeste du futurisme par Filippo Marinetti, se place dans un contexte d’avant-guerre où le climat politique et social est particulièrement tendu. De nombreux jeunes veulent changer radicalement le monde et ne voient la révolution qu’à travers la destruction de toutes les valeurs du passé (musée, bibliothèques, villes historiques…) à la faveur de la machine et de la vitesse.
La guerre apparaît comme une solution pour repartir à zéro et recréer un monde fondé sur de nouvelles bases. Les futuristes proclament ce côté guerrier de manière assez virulente, certains allants même jusqu'à prôner les valeurs fascistes de manière radicale. Ils sont fascinés par le modernisme, la machine, et notamment les machines de guerre. C’est sur ces bases qu’ils entendent créer le monde nouveau, un monde moderne fondé sur la machine toute-puissante. L'esprit qui anime le mouvement est révolté et révolutionnaire.

Si les formes généralement géométriques peuvent parfois rappeler celles du cubisme, il y a un désaccord avec son aspect statique. La recherche du futurisme est basée sur la dynamique et la vitesse. Ces deux thèmes sont d’ailleurs souvent exploités dans les tableaux.
Plus un corps bouge vite dans l’espace, plus sa perception est abstraite. Manet à son époque, se posant déjà des questions sur la perception (des couleurs, certes, mais aussi des formes en mouvement) avait tenté de représenter une course de chevaux. En observant de manière poussée, on se rend compte, que ce que l’on perçoit alors, c’est le mouvement lui-même et non l’objet.
Les futuristes vont pousser plus loin ces recherches. Les avancées technologiques dans le domaine de la photographie et du cinéma permettent enfin de donner à voir la décomposition du mouvement de manière précise. L’instantané photo donne enfin à voir un instant arrêté de ce mouvement. En effet, avant cette technique révolutionnaire dont Manet s’était sans doute servi, on ne pouvait représenter le cheval au galop que de manière intuitive, avec de grandes chances d’en avoir une vision erronée.
De nombreux artistes vont prendre comme support de recherche des études photographiques sur la décomposition du mouvement afin de réaliser leurs œuvres. C’est le cas du Nu descendant l’escalier de Marcel Duchamp (qui a fait scandale lors de sa présentation au public). À travers ce tableau, si Duchamp développe les formes plastiques et les thèmes de recherches futuristes, il ne partage pas les opinions politiques et idéologiques des italiens. Sa préoccupation majeure reste un questionnement purement artistique.

Si dans les formes radicales du futurisme on voit souvent apparaître le thème des machines de guerre, parfois, la représentation du mouvement est abordée avec plus de légèreté et un certain humour. C’est le cas de Balla avec la Dynamique d’un chien en laisse.
Dans la Dynamique d’une tête de femme de Boccioni, on voit aussi apparaître une forme d’expression dont Francis Bacon semble s’être inspiré quand on voit la similitude formelle de l’image.

Le futurisme proprement dit s'essoufflera avec l'arrivée du fascisme au pouvoir au cours des années 1920 mais le mouvement aura permis l'apparition du questionnement sur l'appréhension visuelle du mouvement.

Certains artistes à venir vont eux aussi développer la notion de mouvement dans l’oeuvre, mais de manière totalement différente. Par exemple Tinguely et ses œuvres composées de rouages qui s’animent quand elles sont actionnées de manière mécanique ; Calder qui crée des mobiles mis en mouvement par des forces "naturelles" comme le vent ou l’eau ; ou encore L’op art qui simule mouvement grâce à des effets d’optiques complexes.

Les peintres

les plus célèbres du courant

ITALIE
Giacomo Balla
Carlo Carrà
Gino Severini
Luigi Russolo
Umberto Boccioni

Les tableaux

les plus célèbres du courant

Visitez la galerie

Le contexte politique

Formation du royaume d'Italie à partir de 1861. L'intégration de Rome en 1866 provoquera la séparation de l'état et de l'Eglise en 1929 (accords du Latran).

En 1915, l'Italie se range du côté des alliers et entre en guerre contre l'Allemagne.

Le Traité de Versailles de 1919 ne tient pas ses promesses envers l'Italie. L'indignation des italiens permet au fascisme de s'installer à partir de 1922.

Musique

Théorisation du bruit

Pierre Schaeffer
Edgard Varèse

Littérature

Ecriture de Manifestes et théories sur le mouvement, la vitesse, le bruit…

Filippo Tommaso Marinetti
Luigi Russolo
Francesco Balilla Pratella

Galerie : Le futurisme

Quitter la galerie

Giacomo Balla
Réverbère
1909

Giacomo Balla
Dynamique d'un chien en laisse
1912

Carlo Carrà
Les funérailles de l'anarchiste Galli
1910

Gino Severini
La rue
1911

Gino Severini
La rue entre dans la maison
1911

Gino Severini
Dynamisme d'un corps humain
1914

Umberto Boccioni
Le rire
1911

Umberto Boccioni
Idole moderne
1911

Umberto Boccioni
Dynamisme d'un footballeur
1912

Umberto Boccioni
Dynamique d'une tête de femme
1914

Giacomo Balla
Vitesse de l'automobile
1913

Carlo Carrà
Démonstration
1914

Gino Severini
Train blindé en action
1915

Umberto Boccioni
Les adieux, Etats d'âme
1915

Giacomo Balla
Vol d'une hirondelle
1913

Luigi Russolo
Musique
1911

Luigi Russolo
Dynamisme d'une automobile
1913