L'impressionnisme

Pissarro - Lavoir à Pontoise - détail
Sisley - Les régates - détail
Renoir - Le moulin de la Galette - détail
Monet - Impression, soleil levant - détail
Manet - Bar aux Folies Bergères - détail

Avec leur volonté de représenter le motif en fonction de la lumière et de ses effets, les impressionnistes remettent en question les principes artistiques qui définissaient jusqu’alors la représentation picturale. L’impressionnisme ne cherche pas le sens mais la forme, qu’il réinvente en peignant l’instant selon les lois scientifiques de la perception visuelle, en utilisant la couleur comme seul outil de composition.
 

Un groupe dissident

Des artistes, en marge de l’art officiel de la seconde moitié du XIXeme siècle, créent en 1863 le Salon des refusés, qui rassemblent les peintures qui ne sont pas admises au salon officiel. Principal vecteur entre les artistes et le public, le Salon officiel permettait la célébrité et l’accès au marché de l’art aux peintres qui respectaient les conventions académiques de l’époque.

En plus du Salon des refusés, le groupe qui deviendra bientôt connu sous le terme d’impressionniste (nom attribué de manière péjorative par un critique d’art regardant le tableau de Monet Impression, soleil levant) décide d’organiser des expositions indépendantes. L’académie crie au scandale et les critiques attaquent avec violence le style présenté par le groupe. Néanmoins les cercles cultivés et intellectuels adhèrent rapidement à cette peinture nouvelle, à sa texture brute et épaisse, à son rendu “non fini“ qui s’attache à traduire une impression plutôt qu’à rechercher la perfection réaliste du dessin.

Si les impressionnistes sont en marge de l’art officiel et incarnent la révolte picturale de leur temps cela est totalement indépendant de leur volonté. Ils font une peinture qui s’adresse à la bourgeoisie. Leur univers est calme, joyeux, léger, insouciant. Ils peignent des scènes de la vie quotidienne avec le souci de créer une "vérité visuelle" qui tient compte de la lumière et de ses effets sur les motifs qu’ils intègrent à leurs compositions. Le sens philosophique de la scène, les sentiments ou l’introspection ne sont pas leur propos.

C’est en fait une autre forme de réalisme que les premiers impressionnistes, Monet et Renoir en particulier, cherchent à mettre en place à la fin des années 1860, sans toutefois figer leurs innovations dans une quelconque théorie esthétique.
 
Les impressionnistes reprennent aux réalistes l’idée de ne peindre que des sujets contemporains et ils y ajoutent leur volonté de les représenter tels qu’ils les perçoivent à l’endroit et à l’instant où ils les réalisent leur tableau. Cela est rendu possible par l’apparition récente du tube de peinture souple qui permet aux artistes de sortir pour aller peindre hors de l’atelier.
L’invention de la photographie a également joué un rôle dans l’art du XIXeme siècle grâce la possibilité qu’elle offre pour imaginer de nouveaux cadrages mais surtout dans le fait que l’image fige le motif à un instant précis, gardant sur l’image les effets atmosphériques présents lors de la prise du cliché ; effets qui auraient été supprimés par la volonté d’idéalisation des peintres académiques.


Une peinture scientifique

Ils veulent montrer, influencés par les recherches scientifiques sur la couleur et la perception visuelle que l’on appelle positivisme, que la vision que nous avons de notre environnement se fait en fonction de nos sens. Un objet peut donc avoir un aspect différent selon le climat, l’éclairage, la position du spectateur. Par exemple un même arbre pourra être perçu, et donc vu, différemment tant au niveau de sa forme que de ses couleurs si on le regarde en pleine journée ou à la nuit tombante, avec le soleil derrière soi ou si l’on est ébloui avec la lumière dans les yeux… Ce sont ces principes, physiques et scientifiques, que les impressionnistes cherchent à représenter. Impossibles à rendre par un dessin lisse et conventionnel, ils utilisent la touche, la matière et la couleur pour rendre de manière fidèle l’instant fugitif où ils ont figé leur motif sur la toile. La lumière étant facteur principal de la peinture impressionniste et celle-ci étant matérialisée par la couleur dans le tableau, c’est celle-ci qui, dorénavant, va construire la composition et définir le dessin.

La peinture impressionniste, en cohérence avec sa volonté de représenter la lumière et ses effets, élimine s’il le faut la perspective pour pouvoir fusionner le premier et l’arrière-plan. Les formes, définies par les reflets lumineux renvoyés aux yeux du spectateur, se débarrassent des contours et n’existent que par la touche et la couleur.
 

L’influence de l’estampe japonaise

L’estampe japonaise a permis aux artistes de la seconde moitié du XIXe siècle de concevoir l’art d’une manière nouvelle, indifférente à la tradition picturale occidentale. Elle a donné aux impressionnistes la possibilité de créer des mises en page moins conformistes et libérées des conventions académiques dans lesquelles se côtoient des couleurs brutes et contrastées. Le sujet principal du tableau peut devenir un motif parmi d’autres, soumis aux mêmes règles que les autres, fondu dans l’ensemble ou déplacé dans la fantaisie de la mise en page.
D’autre part, la présence de couleurs pures et vives les unes à côté des autres a permis aux impressionnistes de trouver une manière de rendre le relief des matières (comme l’eau par exemple) sur la surface plane du tableau.


En recherchant l’impression et la sensation visuelle de l’instant, et par la déformation due à la représentation des effets lumineux, les impressionnistes sont quasiment arrivés à l’annulation des formes. Débarrassé de la problématique liée à la perception visuelle de l’œil humain, quelques artistes du début du XXeme siècle s’inspireront de leur travail pour donner naissance à la plus grande fracture qu’ait connue l’histoire de l’art occidental depuis la renaissance : l’abstraction.

...et encore plus de ressources sur le site de notre partenaire The Museum Channel

Les peintres

les plus célèbres du courant

Claude Monet
Pierre Auguste Renoir
Edouard Manet
Gustave Caillebotte
Edgar Degas

Eugène Boudin
Camille Pissarro
Alfred Sisley
Berthe Morisot
James Abbott Whistler

Les tableaux

les plus célèbres du courant

Visitez la galerie

Le contexte politique

Second Empire
Louis Napoléon Bonaparte
Empereur de 1852 - 1870

Guerre franco-allemande en 1870, défaite de la France et fin du second Empire

 

Troisième République
A partir de 1870

Musique

Epoque de :
Bizet, Brahms, Liszt, Mendelssohn, Offenbach, Rossini, Saint-Saëns, Schumann, Tchaïkovski, Verdi, Wagner

Littérature

Epoque de :
Guy de Maupassant, Gustave Flaubert, Victor Hugo, Stéphane Mallarmé, Émile Zola, Arthur Rimbaud, Jules Verne, Émile Zola, Melville, Anton Tchekhov, Léon Tolstoï, Nietzsche

Galerie : L'impressionnisme

Quitter la galerie

Claude Monet
Impression, soleil levant
1872

Claude Monet
La gare Saint Lazare
1877

Claude Monet
Les coquelicots
1873
 

Claude Monet
Pluie à Etretat
1886
 

Claude Monet
Meules, près de Giverny
1889
 

Claude Monet
Cathédrale de Rouen, plein soleil
1893

Claude Monet
Cathédrale de Rouen, temps gris
1893

Claude Monet
Cathédrale de Rouen, plein soleil
1894

Claude Monet
Les nymphéas
1907

Pierre Auguste Renoir
Chemin dans les hautes herbes
1875

Pierre Auguste Renoir
Le moulin de la Galette
1876

Pierre Auguste Renoir
Torse de femme, effets du soleil
1876

Gustave Caillebotte
Les raboteurs de parquet
1875

Gustave Caillebotte
Le pont de l'Europe
1876

Edouard Manet
Le déjeuner sur l'herbe
1863

Edouard Manet
Olympia
1863

Edouard Manet
La serveuse de bocks
1879

Edouard Manet
Bar aux Folies Bergères
1882

Edgar Degas
L'école de danse
1875

Edgar Degas
La buveuse d'absinthe
1876

Edgar Degas
Les repasseuses
1884

Camille Pissarro
Lavoir à Pontoise
1872

Camille Pissarro
Autoportrait
1873

Alfred Sisley
Les régates
1874

Alfred Sisley
Loing sur Moret
1881

James Abbott McNeill Whistler
Nocture bleu et or
1875

James Abbott McNeill Whistler
Neige sur Chelsea
1876