fond

Van Eyck (Jan)

Les époux Arnolfini - détail
L'homme au turban rouge - détail
Vierge au chancelier Rolin - détail
Polyptyque de l'Agneau Mystique - détail

Jan van Eyck
Né entre 1390 et 1400 à Maaseik - Mort en 1441 à Bruges
Nationalité : flamande
Attaché au courant : Renaissance, Primitif flamand

Jan van Eyck naquit entre 1390 et 1400, certainement à Maaseik, ville située dans la partie flamande de la Belgique actuelle.

Frère cadet d’Hubert van Eyck, peintre exerçant à Gand jusqu’à sa mort en 1426, il n’existe aucune trace concernant ses années de jeunesse et sa période la formation.
A partir de 1422 il devient peintre à la cour de Jean de Bavière à la Haye. A la mort de ce dernier en 1425 il est appelé par le Duc de Bourgogne, Philippe le Bon, qui en fait son peintre officiel et lui assure une confortable rente à vie. Il effectue également pour son maître diverses missions diplomatiques à l’étranger en qualité d’ambassadeur et même d’agent secret. Lorsqu’il n’est pas en "service commandé" par le Duc, il vit d’abord à Lille puis s’installe définitivement à Bruges à partir de 1428 où il épouse Marguerite van Eyck avec laquelle il aura deux enfants.

Il assume des commandes en parallèle au travail commandé par le Duc de Bourgogne, dont l’achèvement en 1432 du retable de l’Agneau Mystique commencé quelques années plus tôt par son frère Hubert. Il produit aussi de nombreux portraits de membres de l’aristocratie flamande.
Il  meurt à Bruges en juin 1441. Son atelier est repris par son frère Lambert van Eyck.
Il semblerait également que le peintre Barthélemy van Eyck, exerçant dans le sud de la France, puisse être un parent de la famille.

L’œuvre de Jan van Eyck est frappante par son réalisme. Bien que cela soit déjà une caractéristique de la peinture flamande, la précision et la maîtrise des détails atteignent avec lui un niveau allant jusqu’à la perfection. L’atmosphère générale de ses tableaux provient de ses éclairages, des jeux d’ombre et de lumière, qui donnent les volumes et matérialisent l’espace.
L’illusion de la profondeur est chez lui, le résultat de l’utilisation de la perspective atmosphérique au sein d’une composition souvent à deux points de fuite.
Il invente également un liant qu’il utilise avec la peinture à l’huile et qui lui permet de créer un aspect brillant et de travailler les transparences.

Ce réalisme magistral aura permis à Jan van Eyck de pouvoir débarrasser ses tableaux des signes conventionnels purement symboliques utilisés jusqu’alors dans la tradition gothique par la représentation d’objets concrets, porteurs du sens spirituel nécessaire, et suffisant en eux-même pour faire comprendre au spectateur la valeur du message énoncé.

...et encore plus de ressources sur le site de notre partenaire The Museum Channel

À son époque

 

ART
en italie
Fra Angelico
Masaccio

en Europe du nord
Robert Campin (Maître de Flemalle)
Hubert van Eyck
Barthelemy d'Eyck
Roger van der Weyden
Jacques Daret
 

MUSIQUE
Johannes Ockeghem

POLITIQUE
en France
Guerre de Cent ans
Charles VI

Charles VII

Ducs de Bourgogne
Philippe II le Hardi
Jean sans Peur
Philippe III le Bon

L'œuvre

de Jan Van Eyck

Agneau centralLannoyAgneau ouvertrolin
Visitez la galerie

Galerie : Van Eyck (Jan)

Quitter la galerie
Agneau ferméAgneau ouvertAgneau centralchaperonAlbergatiautoportraitLannoyleeuwEpouxArnolfiniviergerolinannonciationpaelemargaretaeglise

Polyptyque de l'Agneau Mystique
Retable fermé
1432

Polyptyque de l'Agneau Mystique
Retable ouvert
1432

Polyptyque de l'Agneau Mystique
Panneau central
1432

L'homme au chaperon bleu
1429

Portrait du cardinal Albergati
1432

L'homme au turban rouge
Autoportrait ?

1433

Portrait de Baudouin de Lannoy

Portrait de Jean de Leeuw

Portrait des époux Arnolfini
1434

Portrait de Giovanni Arnolfini

Vierge à l'enfant
1435

La Vierge au chancelier Rolin
1435

Annonciation
1436

Vierge au chanoine van der Paele
1436

Portrait de Margareta van Eyck
1439

La Vierge dans une église

Agneau ferméAgneau ouvertAgneau centralchaperonAlbergatiautoportraitLannoyleeuwEpouxArnolfiniviergerolinannonciationpaelemargaretaeglise